Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marc Aurèle et ses lçons #2

Il est de retour pour

nous jouer de mauvais tours.

*

*

Livre X

"s'Il se trompe, lui faire la leçon avec bienveillance et lui montrer sa méprise. Si tu en es incapable, n'en accuse que toi, ou ne t'en accuse même pas."

>>conclusion: soit tu t'expliques, soit tu la fermes parce que t'es pareil.

"Quel besoin de conjecturer, quand on a les moyens d'examiner ce qu'il faut faire, et, si on le voit bien, de marcher dans cette direction avec bienveillance, sans regard en arrière? Si tu ne le vois pas bien, sursois, recours aux plus sages conseillers. Mais qu'il est tranquille, et en même temps souple dans sa demarche, joyeux et bien ramassé sur lui-même, l'homme qui suit en tout la raison!"

>>conclusion: définition d'un prof de maths et de philo.

 

Livre IX

"travaille, non comme un misérables, ni un homme qui veut se faire plaindre ou admirer, mais borne ta volonté à te mettre en mouvement et à t'arrêter selon ce qu'en décide la raison de la cité."

>>conclusion: travailler, c'est important pour soi-même, et repose-toi quand la ville se vide. (facile tu le reconnais quand y'a plus une âme dans les rues)

"tout est en cours de transformation. Toi-même, tu ne cesses de changer en un sens, de périr. De même tout l'univers."

>>conclusion: Marc-Aurèle nous fait une p'tite dépression, ou quoi?

Livre VIII

"Les hommes étant faits les uns pour les autres, instruis-les ou supporte-les."

>>conclusion: soit c'est ton ami/élève, soit c'est un relou collant.

"Un concombre amer? jette-le. Des ronces sur le chemin? evite-les. Cela suffit. N'ajoute pas: pourquoi donc ces choses-là existent elles dans ce monde? tu prêterais à rire à l'homme qui fait son étude de la nature, comme tu prêterais à rire au menuisier et au cordonnier, si tu ne leur faisais reproche de ce que tu vois dans leurs ateliers des copeaux ou rognures. 

Au contraire, la nature universelle ne dispose d'aucun réduit en dehors d'elle. Mais la merveille de son industrie, elle le fait entrer en elle-même en la transformant et elle créé d'autres êtres tout neufs. Elle n'a pas besoin de matériaux étrangers et elle se passe d'un coin pour jeter les pourritures. Elle se contente donc de la place qui est sienne, des matériaux qui sont siens et de l'industrie qui lui est propre."

>>conclusion: hymne à la belle nature, au végé et à sa self-suffisance. bravo planète.

On en a appris des trucs aujourd'hui!

MERCI QUI?

Merci Marc-Aurèlichou.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article