Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Boy kills men...

Et sinon, l'Eurovision? (c'était pour la rime)

*

*

*

J'ai emprunté il y a une semaine ce petit livre... petit car il n'a que 220 pages et que ça se lit très rapidement.

Dès la couverture déjà tu t'attends pas à ce qu'à chaque coin de page, il y ait des arc-en-ciels. L'image sur la version française (l'enfant qui savait tuer, editions scripto) montre aussi un enfant qui tient un pistolet de ses deux mains.

 Résumé: Shorty, ou Sonny son vrai nom, vit à Medellin en Colombie, et on sait que ce n'est pas tout rose dans ce pays. (comme dans d'autres bien sûr). A 12 ans, il n'a qu'un ami et celui-ci finit par disparaitre après s'être fait recruté par un trafiquant et chef d'un gang de tueurs à gages.

---LES PERSONNAGES---

SHORTY: héros de l'histoire, têtu et un peu perdu

ALBERTO: son ami, beaucoup plus mature au début, a une soeur. courageux et cachottier.

JAIRO: l'oncle de Sonny -shorty- casse-pieds et qui aurait pu se faire tuer par Alberto, car il avait frappé son neveu.

---MON AVIS---

Très bonne histoire, inspirée de faits réels. Directement plongés dans l'ambiance soleil de plomb-Holster et football. Car oui, c'est bientôt le grand match.

 Alberto, ce petit gosse m'agaçait mais sa disparition fiche un bon coup de déprime, on se met à la place de Sonny. lui-même se fait jeter par la soeur d'Alberto, Beatriz, qui lui intime de dégager de sa vie pour un moment. Je trouve qu'il a du courage, et comme il est dit dans un des passages, il gagne en maturité, même, quand il finit par tirer sur les gens indésirables (que le chef du gang lui demande d'abattre) il a un de ces sang-froid! L'auteur a vraiment bien pris le style d'un gamin mais avec plus d'intelligence. bref, à lire ou à relire.

NOTE: 10/10.

UN EXTRAIT:

<<quant au petit, il avait vraiment l'air d'être sur les charbons ardents, mais il se contentait de suivre mes propres mouvements. Qu'il soit prêt ou pas, cette seconde allait faire de lui un homme, tout comme ça l'avait fait pour Alberto, puis pour moi. Mon index s'était posé sur la détente, et mon regard sur un point, au-dessus de leurs têtes, là où la montagne rejoint le ciel. tout semblait si bleu et si limpide là-bas. Aucune ville n'aurait rien pu offrir d'aussi beau. l'esprit concentré sur ce petit point d'azur, je compris enfin pourquoi mon ami désirait tant savoir ce qu'il y avait, de l'autre côté.

-OK, fie-je dans un souffle en levant le canon vers ma tempe. finissons-en.>>

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article