Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le rêve d'Isabeau-LCDRS #5

~Le rêve d'Isabeau.


de Anne-Marie Desplat-Duc.


Prix:  6.95 chez Flammarrion.

Résumé:
Depuis que ses amies ont quitté St-Cyr, Isabeau rêve de devenir maîtresse dans la prestigieuse institution dde Madame de Maintenon. Elle doit,
pour cela, avoir une conduite irréprochable. Or, elle se retrouve, bien malgré elle, au coeur d'une affaire d'empoisonnement...

Avis:

Déjà, le résumé, moi, ça m'a énervée, un peu, elle se trouve être une suspecte d'une affaire d'empoisonnement, alors que c'est le calme
et la gentillesse incarnée. Dommage, me diriez-vous.
J'ai apprécié la côté enquête. Egalement, le fait qu'Isabeau se démêne pour se faire innocenter, (normal) et pour réaliser son rêve. J'aime.

Un extrait:


<<-L'ambassadeur de Saxe a insisté pour m'épouser. Comme Madame ne m'en avait pas parlé depuis plusieurs mois, j'avais cru qu'il m'avait oublié
et j'en étais bien contente.
- Et... il est vraiment vieux? insista Jeanne.
- Oui. Cette fois, j'ai pu l'observer à travers les grilles du parloir; Il est.. abominablement vieux... 
Il n'a plus de dents, le visage ravagé par la petite vérole et de grosses verrue sur les joues.
Eléonore s'affaissa sur le lit en proie à une crise de larmers.  J'avoue que je ne savais pas quoi faire pour la réconforter. Henriette réagit la première:
_ Il faut refuser!
- Et entrer au couvent! Vous déraisonnez! s'emporte Olympe. Si cet ambassadeur est vieux, il mourra rapidement, et être veuve est la meilleure des
situations: vous aurez l'argent, la liberté, et une place à la cour! Jevous l'avais déjà dit!
Nous nous signâmes rapidement [...]
Offusquée, j'ajoutai:
- Vous devriez avoir honte de conseiller une si vile conduite a Eleonore.
- Je n'ai aucune honte. C'est Mme de Maintenon qui devrait avoir honte de nous proposer comme de vulgaires marchandises à des hommes avides
de notre jeunesse.>>

Note: 8/10.

 

TR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article